19. juil., 2018

BENJAMIN GAGNE 17 000 EUROS SUR L'ASSURANCE DE SON PRÊT

Gains Massifs Sur l'Assurance Prêt Immobilier Mode d'Emploi 

 
Chers amis,

Mon article du 16 Juillet sur les possibilités de changer les assurances de prêts déjà souscrites, pour en réduire le coût, a suscité un vif intérêt chez beaucoup d'entre vous. 

Je réponds aujourd'hui à celles et ceux qui m'ont demandé diverses précisions,(et aux autres qui se posent les mêmes questions), par un cas tiré d'un exemple réel.


Il y a quelques mois, Benjamin a réalisé avec mon concours un investissement immobilier.

Dans l'idée de préserver la qualité de la relation avec sa banque, il a préféré souscrire son prêt immobilier de 310 000 euros chez elle plutôt qu'auprès d'une autre banque, que je lui avais présentée (et dont les conditions étaient un peu meilleures). 
Dans le même état d'esprit, il a aussi souscrit à l'assurance de prêt proposée par sa banque. 

Alors que le contrat avait déjà pris effet, Benjamin s'avise que les cotisations sont peut être excessives, et m'en parle.

Il s'avère que le coût total de l'assurance sur les 15 ans du prêt est de: 30 424 euros. 
A garanties égales*, la meilleure offre de mes partenaires en assurance prêts est 13 458 Euros.
* Les critères d'égalité sont fixés nationalement par le Comité Consultatif du Secteur Financier.

Le coup de téléphone que m'a passé Benjamin va lui
rapporter 17 000 euros !


Comment cela se peut il? Pour 2 raisons:
 
1°) La banque essaye de compenser la faible marge qu'elle a sur le prêt, en augmentant sa marge sur l'assurance. Sa grille de taux est donc plus chargée que celle de l'assureur concurrent.

2°) Selon l'assureur de la banque, Benjamin, pourtant en bonne santé, serait un risque aggravé: elle lui applique donc une majoration! Mais l'assureur concurrent, lui, considère Benjamin comme un risque standard et n'applique donc aucune majoration à son barème.

Les démarches pour Benjamin sont simples:
 
- acceptation du projet d'assurance détaillé concurrent et communication à sa banque (pour qu'elle vérifie que les garanties du nouveau contrat d'assurance prêt ne sont pas inférieures à celles en cours).
- résiliation du contrat de la banque (le nouvel assureur communique à Benjamin les formulaires adéquats, qu'il n'a plus qu'à signer).
- régularisation du nouveau contrat

Remarques importantes

- Benjamin a changé son assurance de prêt avant le premier anniversaire du contrat en cours: il l'a donc fait dans le cadre de la loi Hamon.
  S'il y avait pensé au cours des années suivantes, il aurait également pu changer de contrat, cette fois au titre de l'amendement Bourquin.

 - Le banquier dès lors qu'il y a au moins égalité de garanties avec le contrat en cours, ne peut pas s'opposer au changement de contrat. (les critères de comparaison sont définis par la loi).

 - Contrairement à l'action en révision du TEG des prêts immobiliers (dont je vous avais parlé les années passées) que les banques peuvent contester, il s'agit ici d'une simple application du principe de concurrence qui n'engage pas frais de la part de l'emprunteur.

Les informations de cet article sont importantes pour beaucoup de ménages. Pensez à transférer ce courriel ou l'article du blog à vos réseaux personnels ou sociaux, vous participerez ainsi la diffusion de cette information patrimoniale stratégique.

Chers amis, le monde nouveau est là, sachons en relever les défis et en saisir les opportunités!            

Pierre Maumont
contact@defiscalisation-directe.fr


 
Pour déposer vos commentaires, cliquer sur le titre souligné en haut de page à gauche