7. févr., 2017

MACRON NE SUPPRIME PAS L'ISF

Ce que Macron annonce pour l'ISF

 

Bonjour !

Emmanuel Macron quand il était encore ministre de l'économie de Fançois Hollande avait fait comprendre que l'ISF ne lui convient pas.

(Il l'a d'ailleurs rapidement prouvé en prenant dans l'évaluation de son patrimoine pour le calcul de son ISF, une liberté jugée excessive par ses collègues de Bercy!)

Cette habile posture pouvait susciter chez les ménages à l'ISF l'illusion que le ministre voulait en finir avec l'ISF, tout en lui laissant la liberté de faire ce qu'il voudrait, puisqu'il ne prenait aucun engagement.

Devenu candidat aux présidentielle, Emmanuel Macron devait impérativement clarifier ses idées sur l'ISF dans le sens du consensus sur le sujet.

C'est la thèse que je soutiens depuis Mai 2016, pour ne pas se disqualifier auprès du corps éléctoral, aucun candidat ne peut défendre l'idée de la suppression de l'ISF. Reste donc à l'aménager le plus intelligement possible pour le faire converger avec l'intérêt économique du pays.

L'idée énoncée par le canddiat Macron est une solution à ce qui apparaissait jusqu'à présent comme un insoluble paradoxe: satisfaire l'exigence politique d'un impôt sur la fortune, tout en préservant l'économie des effets de cette spoliation.

L'idée exposée par le candidat d' "En marche" le 1er Février, est de retirer totalement les placements dans l'économie du champ de l'ISF. Ne resterait concerné que le patrimoine immobilier. 

Jusque dans la terminologie l'idée est politiquement marketée! A l'ISF succéderait l'IFI: impôt sur la fortune immobilière.

 

Parmi les 3 candidats potentiellement vainqueurs de la présidentielle, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon, il ne reste que ce dernier pour tenir encore le discours de la révocation de l'ISF.

Mais ses chances d'être élu président de la république, déjà compromises par sa volonté proclamée de supprimer l'ISF purement et simplement,  sont mises à mal depuis le (pseudo) scandale du "Pénélope gate".

 

Pierre Maumont

Pour déposer vos commentaires, cliquer sur le titre souligné en haut de page à gauche