14. nov., 2016

OPTIMISER SA FISCALITE SE DELECTER TRANSMETTRE

 

G F V Un investissement, trois résultats !

 

Bonjour!

Si vous avez lu mon Rapport panorama des solutions pour sortir de l'ISF, vous connaissez les avantages des GFV (Groupements Fonciers Forestiers).

Si vous ne l'avez pas lu (97 pages), je ne saurais trop vous conseiller de le faire! 😉 

Pour ceux qui sont brouillés avec la lecture, je reviens ici exclusivement sur un outil méconnu du public, qui est à la fois:

- une solution puissante contre l'ISF,

- une solution puissante pour réduire la fiscalité de la transmission,

- un patrimoine familial,

- et le moyen de remplir sa cave avec les plus grands crus.

 

Plutôt que de réécrire le chapitre consacré à ce sujet dans mon Rapport Spécial sur l'ISF, je reproduit in extenso le bref article rècent du magasine économique en ligne "N3D".

Optimiser sa fiscalité, se délecter et transmettre
Par Emmanuelle Félicité
08 Novembre 2016

Parmi le florilège de solutions d’investissement, nous avons déjà eu l’occasion d’aborder les façons d’investir dans les grands crus français. Or, à l’origine de la filière viticole se trouvent les vignes.

Il est ainsi également possible pour l’œnophile de mettre quelques deniers dans certaines parcelles de vignes via un GFV (Groupement Foncier Viticole) (1).

Schématiquement, l’investisseur fait un apport en capital à une société civile en contrepartie duquel il reçoit une ou plusieurs parts sociales, précise Christine Chiozza Vauterin, responsable de l’offre immobilière chez Banque Privée 1818 (2).

La société civile procède à l’acquisition d’une parcelle de vignes qu’elle donne en fermage au vigneron. (3) Par suite, le vigneron paie ses loyers en nature, soit en bouteilles, chaque année, aux associés (4).

Outre la possibilité de se délecter d’un Meursault 1er cru ou bien encore d’un Pomerol, l’investisseur bénéficie d’une fiscalité avantageuse sur son ISF et sur ses droits de transmission : un abattement de 75% est en effet appliqué sur la valeur des parts dans la limite de 101.892€ et de 50% au-delà. (5)

Il faut toutefois garder à l’esprit que l’investisseur détient un actif qui n’est pas liquide, et que le risque de perte en capital est toujours possible.

Cela dit, ce postulat est à relativiser analyse Christine Chiozza Vauterin puisqu’il existe un marché secondaire qui permet à l’investisseur de vendre ses parts à tout moment : l’opération de revente prend en général entre 4 et 6 mois.

En outre, le risque de perte en valeur du vin reste modéré « dès lors que l’investisseur choisit une bonne parcelle de vigne », bénéficiant des célèbres appellations Margaux ou bien encore Champagne.

En somme, avec une capacité d’engagement d’au minimum 45.000 euros par part, (et un horizon de placement long terme), voilà un dispositif de diversification du patrimoine qui laisse penser que l’investissement dans la filière viti-vini a tout pour séduire.

Mon commentaire: en général les loyers sont payés pour partie en nature, et le reste numéraire.

 

Pour plus d'informations vous pouvez utilement vous reporter à "Sortir de l'ISF sans s'appauvrir", ou me consulter bien sûr.

 

Pierre

 

Au pays des niches fiscales, payer l'impôt c'est être mal informé!


Pour déposer vos commentaires, cliquer sur le titre souligné en haut de page à gauche