27. avr., 2016

L'OR DE LA FRANCE


La ruée mondiale vers la terre.


Chers lectrices, Chers lecteurs,

On savait depuis quelques années que la Chine achète d'importantes surfaces agricoles dans plusieurs pays d'Afrique. "La télé" nous a présenté l'information comme une nouvelle spoliation frappant les Africains, après l'accaparement par les pays développés des ressources de leur sous sol.


Le thème du malheur des Africains causé par notre rapacité est tellement omniprésent dans le discours qui a pignon sur rue, qu'il aveugle l'esprit d'analyse.

Et c'est bien le cas ici. Le vrai, l'immense sujet que révèlent ces emplettes agraires à grande échelle est celui du rôle central que reprend la terre dans l'économie mondiale.
La suite l'a confirmé sans ambiguïté avec des vagues d'achats massifs (ou des locations) de terres: L'Inde en Argentine, le Japon au Brésil, ect... 


La Chine vient d'acheter 1700 hectares à... nos compatriotes Berrichons. Ce n'est bien sûr qu'un début! La Chine, toujours elle, négocie avec le gouvernement Australien le feu vert pour un achat géant de terres agricoles: 7 millions d'hectares! (70 000 km2, le double de la Belgique).
Il faut savoir que ce n'est pas un coup d'essai, le prix des terres arables Australiennes flambe depuis plusieurs années du fait des achats Chinois.

Une réalité essentielle de l'économie du 21eme siècle est la pénurie de terres agricoles et leur enchérissement inexorable.

Notre pays, béni de Dieu depuis toujours, se trouve donc doté d'une richesse inestimable.
Notons au passage que pour le monde nouveau qui commence nous avons tout: le capital intellectuel et culturel avec une créativité foisonnante, un savoir faire exceptionnel au travail (les Français sont années après années en tête du classement de la productivité du travail), les ressources inimaginables d'un domaine maritime immense, et un territoire riche en bonnes terres et forêts, actifs stratégiques désormais.

Les particuliers dans leurs choix d'investissement ont des solutions évidentes à leurs pieds: la terre agricole, et les forêts, ressources importantes aujourd'hui et cardinales à l'avenir. 

Il se trouve aussi que ces actifs, dont les rendements étaient traditionnellement en dessous de l'immobilier ou des placements financiers, bénéficient pour compenser, d'avantages fiscaux tous azimuts:
- sur l'IR réduction d'impôt (18%)
- sur l'ISF réduction d'impôt (50%) + abattement du montant imposable de 100%, ou 75% puis 50%
- sur la transmission: abattement de 75%, puis 50%

Aujourd'hui, dans le monde des taux ultra faibles, taux zéro, voire négatifs, les rendements de ces actifs, autour de 3%/an est meilleur que ceux de la plupart des autres placements, particulièrement les financiers.

La saison est à la défiscalisation de l'ISF, les producteurs de FIP et FCPI se frottent déjà les mains. Avant de leur donner votre argent, vous avez intérêt à réfléchir à la question. Est il plus pertinent de souscrire des fonds couverts de frais et voués statistiquement à ne pas vous faire rentrer dans votre argent malgré la défiscalisation; ou de vous placer sur des actifs de fond de patrimoine qui bénéficient en plus d'une défiscalisation bien supérieure (jusqu'à 45 000 € de réduction d'ISF au lieu de 18 000) et que vous transmettrez avec des droits ultra réduits.

Posée comme cela la question est facile à répondre. Justement c'est en ces termes qu'elle se pose!

Chers amis, le monde nouveau arrive, sachez l'anticiper !

Pierre Maumont

Au pays des niches fiscales, payer l'impôt est un choix.
Pour déposer vos commentaires, cliquer sur le titre souligné en haut de page à gauche